• Le sens de la Finlande

    Paltaniemi, région des lacs

    Ce que l’appareil prend au moment de l’exposition est ce que j’ai dans l’esprit à ce moment là. C’est là que réside la magie de la photographie pour moi. C’est pour cela que c’est tous les jours Noël dans ma chambre noire, même en été.

  • Hirvensalmi, région des lacs

    Morandi a peint des bouteilles vides tout au long de sa vie. Ma façon de travailler ne laisse pas non plus beaucoup de place à l’improvisation. Non pas que je connaisse le résultat à l’avance mais quand j’entends par exemple le clapotis de l’eau, je sais qu’une nouvelle bouteille vient juste d’être débouchée.

  • Piimävuori, région des lacs

    Mon travail est à l’opposé du portrait normal. Mon appareil est toujours en mouvement jusqu’à ce que je découvre intuitivement l’endroit décisif où la magie va opérer.

  • Nauvo, Archipel

    Je ne me doutais pas qu’en sortant de l’eau, mon dos plein de sable me donnerait l’impression d’être une pierre tombale ou on poteau d’amarrage pour les bateaux de pêche.

  • Asikkala, région des lacs

    Une ligne d’épaules, deux bras, deux coudes et deux mains. La symétrie vient obligatoirement par paire. C’est comme être sans tête, un phénomène singulier. Je me demande si on peut sentir le reste de son corps sans tête.

  • Ivalo, Laponie

    Je préfère me photographier moi-même plutôt que quelqu’un d’autre car me photos peuvent être douloureuses voire dangereuses à faire. Même quand elles semblent faciles à faire, tenir la pose peut être très inconfortable.

  • Asikkala, région des lacs

    Ici, l’eau me permet de séparer la tête du reste du corps. Ce que je n’ai pas pris en compte en revanche, c’est que le rocher en forme de baleine derrière moi risque de m’avaler, tout comme la baleine a avalé Jonah.

  • Saimaa, région des lacs

    Ma volonté ici est de lutter contre le froid vent du nord en créant une forme de bonsaï. Je rassemble ainsi toutes mes extrémités contre mon torse et fait obstacle aux éléments.

  • Koli, région des lacs

    Notre connexion intime avec le monde naturel est la clé de tout. La Finlande a la particularité de posséder de nombreux exemples de dons de la nature et des endroits particulièrement appropriés pour la contemplation et la méditation.

  • Väisälänsaari, région des lacs

    Je travaille comme un photographe de documentaires. Tout mon travail consiste à reproduire ce qu’il s’est exactement passé dans la réalité.

  • Recommandé

    Ces articles pourraient également vous plaire

Le sens de la Finlande

‘Le Sens de la Finlande’ par le photographe Arno Rafael Minkkinen

Nous avons tous le sens de nos racines. Je suis né à Helsinki en 1945 mais j’ai grandi en Amérique.  Ces seize années d’absence de ma terre natale ont crée chez moi une forme de grand vide – un besoin inconscient et irrépressible de retourner chez moi. Chaque fois que l’avion se pose sur le tarmac de l’aéroport de Helsinki-Vantaa, j’attends avec impatience le premier rebond de l’appareil. Même si l’avion s’écrase, au moins je suis à la maison.

 La sainteté de la nudité

Mes premières photos en Finlande ont été prises à Nauvo et ont confirmé l’impression que j’avais en moi, la nudité est élevée au rang de sainteté. La nudité essentielle qui entoure chaque aspect de la nature nous entoure également. En Finlande, la communion avec la nature atteint son paroxysme lorsqu’on est tout seul en sa compagnie. La vue des paysages est très proche de la création originelle. J’adore me promener tout seul en forêt ou le long des côtes, pieds nus et fesses nues, comme un primate au paradis.

– Arno Rafael Minkkinen

 

 

Plus du répertoire Pois